<>

J’ai envie de dire

Fake news blues.

Le cabinet Gartner nous le dit : en 2022, nous (habitants des pays développés) serons davantage exposés à des fake news qu’à des vraies infos. Nous voilà prévenus.

Bon, qu’est-ce qu’on fait ?

1/ On se repose sur les outils de fact checking, qui croisent traitement automatique du langage, big data et intelligence artificielle pour identifier les fake news à grande échelle. Comme Storyzy ou AllQuotes, 2 sites qui vérifient la véracité des citations et faits qu’on leur soumet. Comme Fakeblok, une appli qui distingue puis “flag” les sites de fake news. Comme le Decodex (Le Monde), qui nous dit à partir de son url si tel ou tel site est digne de confiance. Comme Hoaxbuster, pionnier de l’identification des fake news en ligne.

2/ On devient nous-mêmes fact checkers. Si toutefois on en a les capacités… à tester en faisant le quizz proposé par Factitious.

May the truth be with you.

Guillaume Dehaene

©weekly word news

Tendances

Diplômes ? - Plome. Bienvenu à la COGIP !

“Merci d’envoyer CV et lettre de motivation à l’adresse suivante. Votre candidature sera traitée dans les meilleurs délais”. Légèrement fatigué(e) par cette sempiternelle formulation, aussi creuse que peu engageante ? Remercions l’agence Castor & Pollux, qui pour ses recrutements a jeté les CV aux orties, remplacés par des tests en ligne pour chacun de ses métiers. Fuck les diplômes ; vive les compétences avérées !

©Excelle

Création

GIF, des idées de génie.

Ils ont le vent en poupe, et se multiplient comme des petits pains sur la Toile. Ils ? Les GIFs. Pour encore plus d’impact, ils adoptent aujourd’hui la 3D -ou plutôt une simulation de 3D-, grâce à un procédé simple et ingénieux : 2 petites barres verticales (ou horizontales) blanches, qui vont donner un effet de profondeur dès lors qu’un personnage ou un objet les franchit. Remercions notre cerveau qui interprète alors la scène comme si elle était en 3D.

©Marvel

Le site / l’appli du mois

J’hésite entre le Färlöv et le Knopparp...

On s’est tous posé, un jour ou l’autre, la question : mais que diable signifient les noms des produits Ikea ? On a enfin la réponse, grâce au travail de fourmi effectué par Lars Petrus sur 1362 produits du catalogue. On apprend ainsi qu’il s’agit soit de mots suédois (parfois impropres), de prénoms (le plus souvent suédois), de noms de lieux en Scandinavie, voire de noms dont même lui n’a pas pu trouvé le sens ou l’origine !

©Ikea

Pour le fun

Et là, tu m’entends ?

Dans la famille des gadgets qui ne servent absolument à rien, souhaitons longue vie à The Experience Tube. Se présentant non sans humour comme un “réseau social analogique” “sans abonnement” utilisant “la technologie de reconnaissance faciale la plus sophistiquée”, il s’agit d’une sorte de chaussette géante qui serait coupée au niveau du pied, aux extrémités desquelles 2 personnes enfilent la tête… et communiquent. Pour 25 $.

©Meow Wolf

Ailleurs

Bowlings are forever.

On se souvient des parties disputées par The Dude, Walter et Donny face à Jesus dans The Big Lebowski. Les pistes impeccablement cirées. Le cadre un peu désuet. La décoration kitch. Le bowling dans toute sa beauté ! C’est sans doute ce que s’est dit Robert Götzfried, en photographiant les bowlings les plus typés du sud de l’Allemagne. Symétrie, couleurs, lumière, design : un magnifique bond en arrière dans les années 60/70.

©Robert Götzfried

Le WTF du mois

Donald pas content.

Quand l’art rejoint la politique, ça donne parfois des résultats étonnants. Dernier exemple en date ? La Political Lamp de l’artiste français ParseError. Une lampe nuage connectée qui réagit en temps réel à chaque tweet de Donald Trump, en déclenchant un mini-orage lumineux. Histoire d’illustrer la dangerosité des foucades du président américain, grand amateur de formules à l’emporte-pièce et de réactions outrancières.

©ParseError


@bonnez-vous !