<>

J’ai envie de dire

Dark is beautiful (?)

Les professionnels du secteur l’ont baptisé thanatourisme. Ou encore tourisme macabre, dark tourism ou tourisme morbide.

Le principe ? Partir – seul ou avec des tour operators spécialisés – découvrir des lieux où se sont produits catastrophes industrielles, génocides, guerres civiles, désastres climatiques ; ou où existe violence endémique ou extrême pauvreté…

C’est ainsi que Tchernobyl, Fukushima, Auschwitz, Dallas (et l’emplacement exact où Kennedy fut assassiné), les mémoriaux du Cambodge et du Rwanda, les quartiers martyrs de New Orleans post-Katrina, les bidonvilles de Mumbai et les favellas de Rio deviennent pour certains the-places-to-be.

Est-ce immoral ? S’agit-il de curiosité morbide, de voyeurisme ? Cela aide-t-il au devoir de mémoire ? Est-ce une façon d’honorer et rendre hommage les disparus ? J’avoue ne trop savoir qu’en penser...

Guillaume Dehaene

©Shutterstock/Chernobyl

Tendances

Flying high.

Dans le genre “club ultra-select”, on fait difficilement mieux. D’ailleurs il est impossible d’en connaître précisément le nombre de membres. Son nom ? Le Mile Hight Club. Création britannique, il s’agit du club de ceux qui ont eu... des relations sexuelles à bord d’un avion à une altitude minimum de 5 280 pieds. A priori dans les toilettes du bord – si c’est en cabine, c’est encore plus fort – et évidemment à l’insu des PNC (personnel naviguant commercial). Select, vous dit-on !

©Shutterstock

Création

Désolé, on est complets.

Une patinoire, 174 hockeyeurs. Un parquet, 66 basketteurs. Une piste, 92 sprinters. Un court, 79 tennismen. Et des dizaines de ballons, palets, balles… Ces sports auraient-ils radicalement changé ? Non ! Il s’agit d’une expérience du photographe Pelle Cass, qui applique le principe de timelapse à la photo : superposer des centaines de clichés pris en plan fixe, puis combiner les silhouettes sélectionnées en une seule photographie finale. Déroutant !

©Pelle Cass

Le site / l’appli du mois

Smoke on the water.

C’est LA question que se posent, un jour ou un autre, tous les fumeurs : que diable faire pour arrêter la clope ? Le studio de création Dowino a peut-être trouvé la solution, avec Smokitten, son jeu sur mobile. Le principe : il faut empêcher un chaton qui vient d’arrêter de fumer de replonger. En le divertissant avec des mini-jeux (boxe, yoga, jogging…). Et pendant que vous aidez Smokitten en vous occupant les mains et l’esprit… vous ne fumez pas. Prêt(e) à faire le test ?

©Smokitten

Pour le fun

(Surtout, ne pas craquer).

Quand on bosse dans la communication, que l’on soit créatif, rédacteur, attaché(e) de presse, chargé d’événementiel, webdesigner, etc., on est parfois confronté à des demandes clients, disons… singulières. La page Facebook Les Clients se fait fort de recenser les plus “remarquables” d’entre elles. A mourir de rire… avant d’en pleurer ! NB : chers clients (d’hier, d’aujourd’hui et de demain) d’Epicea, évidemment cette brève ne vous concerne en rien.

©Les clients

Ailleurs

Tout se mange ?

“La pâtisserie, c’est le pied”. C’est ce qu’a du se dire Tal Spiegel, chef pâtissier officiant chez Fauchon. Sa spécialité ? Prendre en photo les pâtisseries les plus belles et originales de Paris… en les “mariant” chacune à une de ses paires de chaussures. Le résultat est une véritable ode à la gourmandise et à la mode. Il faut préciser que le garçon commencé sa carrière comme directeur artistique, avant de bifurquer vers la pâtisserie. Tout s’explique…

©desserted_in_paris

Le WTF du mois

Evidemment, faut le voir sur soi...

Certains y verront la preuve du déclin de notre civilisation. D’autres, le génie d’une époque qui innove et casse des codes surannés. A vous de juger : la marque australienne de sous-vêtements HommeMystere commercialise… de la lingerie fine pour hommes. Soutiens-gorge à balconnet, petites culottes en dentelle, caracos, strings, shorties : à des prix très raisonnables, les hommes ont désormais tout pour pimenter leur sexualité… ou pas !

©hommemystere.com


@bonnez-vous !