Zazous !

C’est tout de même fou, cette manie de toujours vouloir étiqueter les gens – enfin, surtout les jeunes urbains aisés, ne nous mentons pas – en fonction de leurs comportements, préférences, mœurs…

Tout commença avec les bobos (notion devenue, entre nous, très tarte à la crème). Puis vinrent, dans le désordre, les millenials, les hipsters, les bonobos (savant mélange des 3 premiers), les “silver”, les adulescents...

Dernière trouvaille en date ? Les quinquados. Des rebelles “old-cool” (excellente trouvaille de Serge Guérin), naviguant entre 45 et 70 ans, assumant leur âge mais résolus à vivre à fond, selon leurs choix, en refusant d’être sages.

Après les sociologues, découvreurs de ces tribus, ce sont les marketeurs qui doivent être contents : plus il y a de tribus, plus ils pourront diversifier les modes de consommation, packager les produits, cibler les tendances, multiplier les segments de marché…

Socio – Market : même combat !